Article de L'Echo

Nagelmackers est la première banque belge à lancer un produit d’investissement immobilier durable. Avec l’aide de Goldman Sachs et des Belges de Reitsmarket.


Nagelmackers est la première banque belge à lancer un produit d’investissement immobilier durable. Avec l’aide de Goldman Sachs et des Belges de Reitsmarket.

Alors qu’il y a quinze ans, les investissements durables étaient plutôt recherchés par les “soixante-huitards attardés”, ils sont aujourd’hui la norme. “Mais si les informations sur la durabilité des actions et des obligations (souveraines) sont facilement accessibles, il n’en est pas de même pour le secteur immobilier“, explique le Belge Tom Groothaert, directeur général de Goldman Sachs à Londres.

“L’ouverture avec laquelle les sociétés communiquent sur leur comportement durable est déjà une bonne indication de leur niveau global de durabilité.” Benedict Peeters, CEO Reitsmarket

GRESB, le spécialiste néerlandais de la durabilité, cartographie le niveau de transparence des sociétés immobilières sur le plan de leur consommation en énergie, en eau, etc. “L’ouverture avec laquelle les sociétés communiquent sur leur comportement durable est déjà une bonne indication de leur niveau global de durabilité“, estime Benedict Peeters, CEO du spécialiste immobilier Reitsmarket.

Reitsmarket a développé des indices immobiliers avec l’aide de l’expertise de GRESB. Ces indices ont été calculés par Euronext pour donner l’Euronext Reitsmarket GRESB Global Sustainable Price Index. Goldman Sachs a greffé sur cet indice un produit qui est commercialisé depuis fin septembre par la banque Nagelmackers.

Cette “note structurée” a une durée de huit ans et un mois. À l’échéance, l’investisseur reçoit l’éventuelle plus-value par rapport à l’indice. Le capital est garanti à 100%, sauf en cas de faillite de l’émetteur (Goldman Sachs). La garantie du capital a bien entendu un prix: l’investisseur doit renoncer aux dividendes annuels qui ne sont pas inclus dans les indices. En cas de forte hausse de l’indice, la banque se réserve le droit de rembourser la note anticipativement.

L’indice, qui reprend des actions immobilières de tous les marchés développés, ne contient aucune action belge. “Pour être repris dans l’indice, le montant des titres échangés en Bourse doit au moins atteindre 5 millions d’euros par jour“, explique Tim Vanvaerenbergh, partenaire de Reitsmarket. Cofinimmo est la société belge la mieux positionnée pour espérer un jour être reprise dans l’indice.

https://www.lecho.be/les-marches/actu-actions/Nagelmackers-lance-un-investissement-immobilier-durable/10055901